Requin : "Le danger est permanent"

requin-le-danger-est-permanent

Les responsables des sports nautiques et aquatiques s’interrogent face à ce risque. Certains organisateurs de compétitions sur le lagon ne veulent pas mettre leurs adhérents en danger.

Stéphane Bouquillard, la présidente de l’ANG
Gilles Verlaguet, responsable de l’eau libre à la Ligue de natation
Le risque requin créé beaucoup d’inquiétude. La mort ce week-end d’un planchiste, qui présentait une morsure sur la jambe, est une nouvelle alerte face aux requins présents dans le lagonLes responsables des sports nautiques et aquatiques s’interrogent face à ce risque. Certains organisateurs de compétitions sur le lagon ne veulent pas mettre leurs adhérents en danger car il est devenu "réel et permanent".

C’est en tous cas ce que pense le club de l’ASPTT Nouméa Glisse qui a pris la décision d’annuler jusqu’à nouvel ordre les régates de la Transchenal prévues à son calendrier. L’attaque de requin de ce week-end est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour Stéphane Bouquillard, la présidente de l’ANG.

Danger et sentiment de peur

L’inquiétude grandi également du côté des parents dont les enfants pratiquent la natation en eau libre. Si, la ligue met tout en œuvre pour sécuriser ses compétitions, le message a du mal à passer. Les championnats territoriaux prévus plage de Nouré le week-end dernier ont même dû être reportés explique Gilles Verlaguet, responsable de l’eau libre à la Ligue de natation. Stéphane Bouquillard et Gilles Verlaguet en appelle à l’union des institutions pour réduire le risque requin.

En attendant, la Ligue de natation, qui je le rappelle, n’a jamais connu d’accident pendant ses compétitions va quand même accentuer ses mesures de sécurité lors des prochaines épreuves.
Quant à l’ANG qui organise la Blue Scope Race, la traversée Phare Amédée-Côte Blanche s’interroge sur la prochaine édition prévue le 7 novembre prochain.