MERCREDI SCIENCES

MERCREDI SCIENCES
Et pour commencer cette très belle initiative de la rédaction de Ciel & Espace qui lance son #ChallengeLunaire.
Pour participer à ce qui deviendra dans quelques semaine une œuvre collective, c’est tout simple. Durant tout le mois d’avril il vous est proposé de prendre en photo ou de dessiner la Lune, dont l’apparence et la position dans le ciel varie chaque jour. 
L’œuvre est collective car chacun peut y participer en fonction de l’exposition de son appartement, de son jardin, de son balcon de ses horaires de lever et de coucher, et parce qu’elle ne nécessite aucun matériel spécifique. L’équipe de Ciel & Espace recueillera vos productions pour en faire une animation.



Un fois vos photos ou vos dessins réalisé il suffit de les poster sur les réseau sociaux en indiquant la date, l’horaire et le lieu d’observation et en ajoutant à votre post la mention  #ChallengeLunaire @cieletespace ». 
Le but est de répéter l’opération autant que possible pendant toute la durée de la lunaison d’avril. Ben évidement les enfants peuvent participer. Donc si les conditions météo s’y prête vous pouvez commencer dès ce soir.


La semaine dernière dans l’épisode 1 de ce spécial confinement… vous avez pu entendre les bons conseils de Thomas Pesquet qui avait été confiné si l’on peut dire ainsi à bord de la station spatiale internationale. Cette semaine autres conseils nous venant du monde de l’aérospatial, les bons conseils de Romain Charles, ingénieur support des astronautes à l'Agence spatiale Européenne, qui en 2011 avait participé à une expérience de confinement d'une durée de 520 jours pour simuler un voyage sur la planète Mars.
"Toujours avoir quelque chose à faire", "garder un jour un rythme jour-nuit régulier" voilà de bons conseil a suivre pour la suite de cette période de confinement.

****
Son Surnom : "Ninja"; sa mission : détecter les cas de coronavirus et prendre en charge les patients infectés. Direction la Thaïlande où les autorités sanitaires déploient des robots dans ses hôpitaux pour aider et protéger le personnel hospitalier dans sa lutte contre la pandémie.
Quatre établissements sont actuellement équipés dans le royaume et plus de dix autres devraient l'être prochainement.
Les robots, élaborés à l'origine pour aider à la prise en charge des malades ayant subi un accident vasculaire cérébral, ont été détournés de leur fonction face à la propagation de la pandémie de coronavirus. Le coût de fabrication des robots varie de 3000 à 8500 euros sont les fonctionnalités.  

J’ajoute que le royaume de Thaïlande n'est pas le seul pays à s'appuyer sur les dernières nouveautés technologiques pour traiter les malades du Covid-19. Dans la ville chinoise de Wuhan, où le coronavirus a été détecté en décembre, "le premier hôpital de campagne intelligent", d'une capacité de 20.000 lits et doté de robots fonctionnant 24 heures sur 24, a ouvert ses portes début mars. Objectif : seconder le personnel hospitalier épuisé après des semaines de lutte contre cette crise sanitaire majeure.

C’est tout pour cette semaine… restez chez vous, soyer curieux, restez sciences. Et n’oubliez pas que comme le disais… Louis Pasteur « La science n’a pas de patrie »…. Le virus non plus aurait il pu ajouter.
A La semaine prochaine