La chronique de la semaine écoulée

La chronique de la semaine écoulée

Et voilà que l'on reparle de l'article 27, tout à coup, et de façon inopinée voire incongrue.
On l'avait presque oublié cet article qui prévoit le transfert des dernières compétences en dehors des compétences régaliennes.
Transfert optionnel rappellent les loyalistes. Transfert obligatoire affirment les indépendantistes.
Et il est clair que son surgissement dans l'actualité, à quelques jours du référendum, n'est ni innocent, ni anodin même si on en comprend mal la finalité.
Quoi qu'il arrive, la résolution déposée par le chef du groupe UC-FLNKS etc… du Congrès ne pourra pas être examinée avant longtemps et, en tout cas, pas avant la consultation référendaire.
On se demande donc quel intérêt avait Pierre Chanel Tutugoro à la déposer à ce moment précis, si ce n'est à semer un peu plus la confusion ou à ajouter un peu plus de pression.
Ou alors, à susciter des réactions pour vérifier s'il existe, ou non, une majorité au Congrès pour faire adopter ces transferts et, dans ce cas, la balle est dans le camp de Calédonie ensemble et de l'Eveil océanien.

Pour rappel, cet article 27 concerne le transfert de l'administration des communes, avec un risque d'extension du gel du corps électoral pour les municipales. Mais aussi du contrôle de légalité des provinces et des communes, et enfin de l'enseignement supérieur et de la communication audiovisuelle.
Mais sur ce dernier point, les indépendantistes ne veulent que le transfert des outils de contrôle de l'audiovisuel, c’est-à-dire les compétences du CSA, mais ils ne souhaitent pas le transfert de NC 1ère, qui coûte quelque 4 milliards par an.
Ils ont déjà leur propre outil télévisuel, Calédonia, qu'ils ont beaucoup de peine à financer et ils ne veulent pas s'encombrer de l'actuelle télévision d'Etat.
Et certains disent déjà qu'avec l'aide permanente que leur apporte le service public de l'audiovisuel, ils sont un peu ingrats.

C'est dans ce contexte, qu'il faut comprendre le dernier communiqué du comité des sages qui relève des signes manifestes de tensions à la fois politiques et économiques qui viennent perturber le climat de la campagne référendaire. Et ils pointent du doigt, notamment, les initiatives précipitées et irréfléchies qui risquent de blesser la société calédonienne. Les sages n'en disent pas plus mais on a l'embarras du choix et, spontanément, on pense à cette motion préjudicielle qui a reporté l'adoption du budget supplémentaire. Heureusement qu'il ne reste plus que deux semaines de campagne, un délai qui on l'espère va limiter les initiatives précipitées et irréfléchies.

Amusant aussi, cette semaine, le coup de semonce envoyé, à Edwy Plenel, par 4 personnalités calédoniennes, dont Emmanuel Tjibaou. Dans la postface controversée d'un livre sur la Nouvelle-Colonie, le patron de Médiapart explique, doctement, que la France doit accompagner l'indépendance. Ces quatre personnalités, l'envoient carrément balader, en lui expliquant que les calédoniens n'ont de leçons à recevoir de personne.

Et sans doute va-t-il changer son itinéraire de footing. Dans le même texte, il se vante, en effet "de ne jamais manquer de saluer les mânes d’Ataï, les dimanches où il court au Jardin des Plantes à Paris, en passant devant l’orme blanc planté lors de la cérémonie de restitution à son peuple de son crâne."
C'est beau comme l'antique !
Mais l'éternel militant anticolonialiste, doit être mortifié et penser que, décidément, les indépendantistes sont des ingrats !