Radio Rythme Bleu

La chronique de la semaine écoulée

19 avril 2022 à 00:47

En Calédonie aussi, la recomposition est En Marche !

La recomposition est en marche en Nouvelle-Calédonie et l'expression n'est pas anodine ou innocente.
On voit à l'œuvre, sur le territoire, le même phénomène que celui qui est apparu il y a 5 ans au niveau national et qui se poursuit à l'occasion de cette campagne présidentielle.
Le président candidat a décidé de laminer les partis de gouvernement, de droite et de gauche, et il rêve de constituer une sorte de parti unique – une maison commune, comme il l'appelle – qui serait un grand mouvement regroupant la majorité présidentielle.
Il est vrai que cet entre-deux tours de la présidentielle voit des ralliements étonnants avec tous ces élus et électeurs sans domicile fixe, qui viennent chercher un abri en "Macronie".
Ils le font, par convictions, par opportunisme, par panurgisme, ou par facilité…
C'est selon. Mais cette tendance frappe tellement la classe politique métropolitaine qu'il est difficile d'en faire le reproche à des élus calédoniens qui ne font que suivre le mouvement.
Et force est de constater que ces ralliements à Emmanuel Macron ont des conséquences directes sur le territoire, où les lignes continuent de bouger dans le camp des partisans du maintien de la Calédonie dans la France.
Il y a d'abord eu la création de l'Avenir en Confiance qui était, en quelque sorte, un "Tout sauf Calédonie ensemble".
Il y a eu ensuite des "Loyalistes" qui rassemblaient tous les opposants à l'indépendance exception faite – toujours – de Calédonie ensemble.
Mais ça, c'était avant.

Désormais, le clivage entre les partisans de la France se décline entre les pro-Macron et les autres. Bien davantage que des candidatures jugées prématurées aux législatives, c'est ce que qui explique la nouvelle alliance qui vient de voir le jour au congrès de la Nouvelle-Calédonie avec la création du groupe "les Loyalistes". Pour faire simple, le nouveau groupe réunit tous les élus qui soutiennent Emmanuel Macron. Calédonie ensemble, n'en fait pas encore partie. Mais ce n'est sans doute que partie remise ! Avec le zèle des convertis, le parti de Philippe Gomès devrait prochainement frapper à la porte d'une éventuelle maison commune du fait de son soutien au président candidat.

Mais ce nouveau groupe, qui aspire à rejoindre une majorité présidentielle, exclut de fait, les élus du Rassemblement qui – à l'instar des Républicains – n'ont pas donné de consigne de vote pour le second tour et, naturellement, le Rassemblement national qui soutient Marine Le Pen.
Une nouvelle recomposition, donc, pour les partisans du maintien dans la France qui, d'un scrutin à l'autre, réalisent des majorités à géométrie variable dans lesquelles il devient bien difficile de se retrouver.
En espérant que cette énième recomposition ne finisse pas en décomposition.

Nos derniers tweets
La newsletter
Nos réseaux sociaux
Radio Rythme Bleu

4 rue de Sébastopol
Nouméa

Standard : 25 46 46

Rédaction : 25 45 00

Fax : 28 49 28

E-mail : [email protected]