JOURNAL : JEUDI 09/04/1989 (MIDI)

JOURNAL : JEUDI 09/04/1989 (MIDI)
3 individus arrêtés tôt ce matin à Kouaoua. Ils étaient recherchés dans le cadre des exactions commises dans la nuit de mardi à mercredi dans le lotissement des cadres de la SLN. Les 3 jeunes, un mineur, un autre âgé de 18 ans et le dernier de 25 ans sont actuellement en garde à vue. 

Les gendarmes mènent régulièrement des opérations de contrôles routiers en Province Nord, pour vérifier le respect des consignes de confinement.  Hier soir à Koné, une opération de ce type à été mise en avant : elle a abouti à 5 infractions au confinement. Des infractions au code de la route ont également été constatées, et il y a eu l’interpellation d’une personne en état d’ivresse pour refus d’obtempérer.

En période de confinement, vous le savez, il est interdit de chasser ou de pêcher. Pour bon nombre de calédoniens qui pratiquent le coup de chasse ou le coup de pêche, la mesure semble dure. Pierre Aubé, le Président de la Fédération de la Faune et de la Chasse de Nouvelle-Calédonie conseille toutefois vivement, aux chasseurs de suivre cette mesure qui vise à protéger la population du Covid-19. 

Le World Mosquito Program continue son action contre la dengue. Bien que la situation actuelle oblige l’organisation à fonctionner au ralenti, elle doit tout de même poursuivre les lâchers de moustiques Wolbachia en prévention d’une possible épidémie de dengue sur le Territoire. De son côté, l’OMS assure que les moustiques ne sont pas porteurs du Covid-19. 

La France est entrée en récession, 1er pays du G7 à être dans ce cas en raison de la crise sanitaire liée au Coronavirus. Le PIB a reculé de 6% au 1er trimestre 2020. L’impact de cette crise est massif, brutal, et personne ne peut dire encore jusqu’où il ira a déclaré le 1er ministre.

Ces dernières 24h, 541 personnes sont mortes du Covid-19 en métropole. Mais depuis le début de la crise, plus de 20.000 personnes ont été guéries, y compris des personnes dont l’état de santé avait nécessité un séjour en service de réanimation.  

Suspicion de cas de Covid 19 à bord du Charles de Gaulle. Une quarantaine de militaires présentant des symptômes ont été confinés sur le porte-avions. Ils ont été soumis à des tests de dépistages dont les résultats seront connus sous 24 heures. S’ils s’avéraient positifs, l’origine de la contamination constituerait une énigme. Le navire n'a en effet pas été en contact avec l’extérieur depuis le 15 mars et les premiers cas suspects ont été identifiés au-delà de la quatorzaine.