VALE NC. Report du projet LUCY

vale-nc-report-du-projet-lucy

Report du projet Lucy par Vale NC. Hier, le PDG de Vale NC a expliqué dans le détail les raisons de ce report. Et il s’est voulu rassurant.

Actualité économique et de la mine marqué cette semaine par l’annonce du report du projet Lucy par Vale NC. Forcément un peu d’émoi. Hier, le PDG de Vale NC a expliqué dans le détail les raisons de ce report. Et il s’est voulu rassurant.  

Entouré d’une partie de son staff, Antonin Beurrier a tenu a préciser, d’entrée de jeu, la portée de cette décision. Cette usine destinée au filtrage, au pressage et à la solidification des résidus de l’usine hydro-métallurgique reste une priorité pour l’industriel. C’est le calendrier qui est revu. 
Prévue pour entrer en vigueur dans 2 ans et demi, Lucy devrait donc être opérationnelle dans 5 ans seulement, début 2025. 
La décision a été prise il y a un peu plus d’une semaine, et son point de départ, c’est un défaut de production.  En 2019, Vale prévoyait une production de 40.000 tonnes : elle devrait être de 25.000 tonnes. Et en 2020, elle devrait atteindre 33 à 35.000 tonnes au lieu des 45.000 initialement prévus. 

Il y a donc une logique financière dans le choix de ce report du projet Lucy. 
En attendant la nouvelle usine Lucy, Vale doit continuer de stocker ses résidus miniers dans le bassin humide, actuellement en service, baptisé KO2. Lorsque l’usine produit 1 tonne de minerai, elle génère 1,2 tonne de boue humide. Heureusement, KO2 n’a pas atteint sa capacité de stockage maximale a expliqué Antonin Beurrier. 
Le report de la construction de l’usine Lucy est donc un lissage dans le temps. Il ne remet pas en cause le périmètre du projet, ni les investissements prévus par Vale à cet effet. 

Le redéploiement du calendrier inquiète les sous-traitants locaux. Là aussi, Antonin Beurrier s’est voulu rassurant. Les contrats déjà signés concernent l’ouverture de la route sur mine, le terrassement pour l’emplacement de la future usine, la mise en place du système de convoyage. Tout ceci se poursuit. Mais comme l’usine ne commencera à être construite qu’à partir de 2023, le pic des embauches sera lui aussi lissé dans le temps. 

Antonin Beurrier a précisé que 208 lots sont prévus pour le projet Lucy. 56 ont été annulés, 18 devraient l’être. Mais 62 ont été maintenus et une dizaine devraient être réévalués.  
Les autres n’avaient pas encore été attribués, et le seront donc un peu plus tard.  
Le projet Lucy initial voit donc son calendrier de mise en place décalé. Le projet est entré en quelque sorte dans sa version 2.0.