Une consultation citoyenne lancée

une-consultation-citoyenne-lancee

Le lancement de la consultation de la société calédonienne. Elle avait été annoncée par le ministre des outremers et confirmée dans son allocution de lundi dernier. Le haut-commissaire présentait la démarche choisie avec 5 dispositif spécifiques.

Qui sera consulté ? Les explications du haut-commissaire, Laurent Prévost
Une consultation qui s'ajoute aux discussions politiques explique Laurent Prévost
Stéphane Renaud le directeur de Quid Novi sur le procédé
L'objectif est d'entendre la société calédonienne en élargissant, les échanges sur l'avenir institutionnel, à la société civile dans son ensemble.
Pour cela, un certain nombre d'outils et de méthodes vont être mis en place sous l'égide du Haut-commissaire Laurent Prévost, avec notamment cinq dispositifs, qui visent à recueillir les contributions des différents acteurs de la société calédonienne :

Le premier c'est ce qui est appelé une "écoute profonde" qui sera menée au travers d'une étude qualitative et d'une étude quantitative par l'institut Quid Novi. 
Le deuxième, c'est une plate-forme numérique destinée à la consultation des corps intermédiaires qui pourront transmettre leurs contributions et pourront être auditionnés. Le site mettra également à disposition une bibliothèque numérique en ligne.
La troisième concernera la jeunesse, notamment les lycéens et les étudiants et elle sera mise en place à la rentrée en coopération avec le vice-rectorat.
La quatrième prendra la forme d'un dialogue avec le monde économique et social au travers notamment de Eco NC, du CESE, du conseil du dialogue social et du Cressica.
Le cinquième s'adressera aux maires qui seront directement impliqués dans ce dispositif. Il s'agit d'écouter le plus largement possible les composantes de la société calédonienne explique Laurent Prévost.

Ce vaste dispositif d'écoute sera rendu public mais ce sont notamment les membres du groupe Leprédour qui en seront les destinataires. Il ne s'agit pas d'opposer cette démarche aux discussions politiques souligne le haut-commissaire.

Ce dispositif de consultation va se décliner dans le temps avec dès le 25 janvier le lancement de la plateforme numérique pour la consultation des corps intermédiaire pendant une durée de deux mois. Et dès demain, ce sera le lancement de la démarche d'écoute profonde confiée à l'institut Qui Novi. Cette écoute profonde sera menée sur la base d'un panel représentatif de 1000 personnes sur l'ensemble des trois corps électoraux. Quid Novi s'est associé la coopération de Sylvain Brouard chercheur au Cedipof.

Il s'agit de savoir quelle est la perception qu'ont les calédoniens des différentes notions liées à l'avenir de la Nouvelle-Calédonie, mais aussi de comprendre ce qu'ils souhaitent, quelles sont leurs craintes et leurs attentes.