Un front Loyaliste pour le NON

un-front-loyaliste-pour-le-non

Un Front loyaliste pour le référendum du 6 septembre. Six partis qui représentent l'électorat loyaliste ont décidé de faire front commun pour la campagne référendaire et pour que le NON à l'indépendance l'emporte le plus largement possible.

Le président du Rassemblement Thierry Santa
Sonia Backès, la présidente des Républicains calédoniens
Gil Brial, le président du MPC
"Tous calédoniens" présidé par Pascal Vittori
Nicolas Metzdorf, pour Générations NC
Le secrétaire général du Rassemblement national, Stéphane Chipault

Il réunit six partis politiques, engagés pour le maintien de la Calédonie dans la France, et il était présenté hier à la presse. Ce Front loyaliste est composé des partis de l'Avenir en Confiance, Le Rassemblement, les Républicains calédoniens, le MPC mais aussi de Tous Calédoniens, de Générations.NC et du Rassemblement national.

Ils appellent à l'unité la plus large possible pour préparer le 2ème référendum et pour proposer aux Calédoniens un projet de société pour une Calédonie dans la France. Une union appelée de ses vœux par le président du Rassemblement Thierry Santa.

Une unité malgré les différences qui existent entre ces partis qui ne sont pas forcément toujours sur la même longueur d'ondes dans les institutions et qui, parfois s'opposeront lors des municipales. Mais l'essentiel, c'est leur engagement commun pour une Calédonie française et c'est le message qui sera décliné pendant la campagne référendaire. 

Et le Front loyaliste ne veut surtout pas refaire les erreurs qui ont été faites par les partisans du maintien dans la France lors de la première campagne référendaire. C'est ce souligne Gil Brial, le président du MPC.

Présent aussi dans ce Front loyaliste, le mouvement "Tous calédoniens" présidé par Pascal Vittori. Et pour lui, il faut mobiliser au maximum pour le 2ème référendum.

Le tout jeune parti "Générations NC" fait également partie de ce Front loyaliste et Nicolas Metzdorf estime lui aussi qu'il ne faut pas recommencer les erreurs du passé.

Le Rassemblement national, fait également parti de ce Front loyaliste. Chacun souligne qu'il y a toute sa place comme défenseur de la Calédonie française et son secrétaire général Stéphane Chipault insiste, lui aussi, sur l'importance de l'unité.

Ce Front loyaliste va donc engager la campagne pour le 2ème référendum afin de l'emporter le plus largement possible. 6 partis loyalistes et il en manque un, Calédonie ensemble n'a pas souhaité s'associer à cette démarche en raison de ce qu'elle considère comme "son exclusion de toute responsabilité institutionnelle".