Traité de libre échange NC-Vanuatu

traite-de-libre-echange-nc-vanuatu

C'est le premier traité de libre échange entre la Nouvelle Calédonie et un état souverain du Pacifique. Il a été signé hier à Nouméa par le premier ministre vanuatais et le président du gouvernement de Nouvelle Calédonie. (Photo Haut-commissariat)

Le premier sommet économique entre la Nouvelle Calédonie et le Vanuatu se tenait hier à la CPS. C'est la première fois que la Nouvelle Calédonie signe un traité international avec un état souverain et il porte la promesse d'échanges commerciaux concrets entre les deux archipels.
Et cet accord repose sur un principe simple : la suppression des droits de douane sur toute une série de produits ou services qui pourront être importés ou exportés librement entre les deux archipels. Un accord qui est d'ailleurs un traité, ce qui signifie qu'il est juridiquement contraignant pour les gouvernements qui le signent et assurent ainsi sa pérennité aux acteurs économiques. Deux listes provisoires de produits ont été établies en liaison avec deux réserves : le respect des règles phytosanitaires, et des discussions entre professionnels dans deux domaines, le chocolat. Et les yaourts.

Dans la liste des produits que le Vanuatu souhaite exporter, on trouve pêle-mêle le cacao et le Kava, bien sûr, mais aussi le chou kanak, le tarot, l'igname, la patate douce ou encore les carottes. Parmi les produits transformés on citera la sauce tomate ou les jus de fruits. Côté calédonien on prévoit de pouvoir exporter du porc, du thon frais, des pâtes alimentaires ou encore du fromage, mais aussi des tubes PVC ou des unités de recyclage des eaux usées. Ce sont des listes provisoires donc car elles ont vocation à évoluer nous a dit le président du gouvernement Philippe Germain.

De son côté le premier ministre du Vanuatu a salué les efforts qui ont conduit à cet accord qui selon Charlot Salwai ne se limitera pas à un échange de produits.

L'enjeu global de cet accord c'est bien sûr l'intégration économique régionale de la Nouvelle Calédonie qui est désormais membre du forum des îles du Pacifique. Et l'enjeu des années qui viennent est de multiplier les échanges, donc les clients potentiels nous a confié le co-président du Medef Daniel Oshida.  

L'accord signé hier devra encore être validé à Port Vila comme à Nouméa par les institutions. Le congrès de Nouvelle Calédonie, et le conseil des ministres du Vanuatu.