Sachons négocier un désaccord

sachons-negocier-un-desaccord

Sachons négocier un désaccord ! C'est la "proposition choc" du sénateur Pierre Frogier. Il l'a rendue publique à quelques heures de son départ pour Paris, où il doit s'exprimer, le 4 mai, devant le Sénat.

Pierre Frogier
Le constat
La proposition

On ne l'a pas entendu publiquement depuis plusieurs mois parce que "l'heure, dit-il, n'est pas au commentaire mais à l'initiative et à la proposition."
Et l'opportunité lui est donnée, la semaine prochaine, par le Sénat qui, à la demande du groupe Les Républicains, auquel Pierre Frogier appartient, organise mardi, le 4 mai, un débat sur la situation en Nouvelle Calédonie.
Un débat au cours duquel le sénateur calédonien interviendra et il souligne que c'est le bon moment "alors le processus référendaire montre ses limites, que les tensions et les violences ont réinvesti la sphère politique, et que l’organisation institutionnelle issue de l’Accord de Nouméa a perdu une part de légitimité."
Pierre Frogier estime que, dans ce contexte, toutes les populations de Nouvelle-Calédonie, quelles qu'elles soient, ont un sentiment d'abandon.

Sa proposition institutionnelle se base donc, d'abord, sur un constat. "Nous avons été capables de signer deux accords mais leur mise en œuvre nous a conduit à une impasse . Après avoir signé deux accords, sachons négocier un désaccord" déclare Pierre Frogier parle d'une proposition qui traduit "l’assurance d’une coexistence apaisée dans le respect de nos identités et de nos différences."

A ce stade, le sénateur n'a pas dévoilé le détail de cette proposition institutionnelle novatrice. Il en garde la primeur pour le Sénat devant lequel il interviendra mardi prochain, le 4 mai. Il souhaite d'ailleurs que le Sénat se saisisse de cette proposition et devienne un acteur d'une solution pour la Nouvelle-Calédonie comme il a été capable de le faire par le passé.
Pierre Frogier se réfère notamment au discours prononcé en janvier 1985 par le sénateur Dick Ukeiwé, un discours qui avait été affiché dans toutes les mairies de France.

Et après l'intervention de Pierre Frogier, le 4 mai, devant le Sénat, sa proposition sera rendue publique sous la forme d'un petit livret qui sera disponible dans les prochains jours en Nouvelle-Calédonie.