RRB en difficulté

rrb-en-difficulte

Comme on pouvait s'y attendre, notre bilan 2018 affichera une perte de 40 à 45 millions.

L'édito d'Elizabeth Nouar
Comme on pouvait s'y attendre, c'est grosso modo, le montant des subventions l'une supprimées par la Province Sud, l'autre amputées par la Province Nord, c’est-à-dire 36 millions plus 7 millions.

Et comme si ça ne suffisait pas, l'OPT et la CAFAT se préparent à ajouter – par obstination, indifférence ou surdité – quelques difficultés supplémentaires à notre situation.

Mais comme on pouvait l'espérer c'est vous, amis, auditeurs, annonceurs, décideurs, responsables de collectivités, du Mont Dore et de Nouméa notamment, qui nous avez permis, grâce à votre solidaire générosité, de pouvoir assurer les salaires de février et mars, sans rupture de trésorerie.

Et c'est vous aussi qui faites, par votre soutien confiant, que l'envie ne nous a pas quittés et que le moral est resté au beau fixe.

Mais comme on pouvait le craindre, nous serons peut-être contraints de fermer RRB au mois de juin.

Mais comme vous le savez, ce n'est pas la marque de RRB. Nous ne sommes pas de nature à renoncer, à nous incliner, à céder.

Alors, aidez-nous à répondre à cette sanction politique et liberticide.

Par avance, excusez notre insistance mais il est des circonstances…

Pour conclure, comme vous pouvez vous en douter, nous avons dès janvier, engagé des actions en justice.

Nous allons aussi, par courrier, sensibiliser au plus haut niveau de l'Etat, le Sénat l'Assemblée Nationale, le CSA, le défenseur des droits.

Dans un premier temps, nous allons devoir replier nos ailes et mettre plusieurs émetteurs en sommeil.

Déjà, mille excuses aux auditeurs qui seront touchés…

Enfin, comme le pire n'est jamais obligatoire, nous attendons un signe, un retour à la raison, des responsables de la Province Sud et de Calédonie ensemble.

Il y va de l'avenir de la voix de la Calédonie française et nous ne pouvons pas croire qu'ils y soient indifférents.