P. Frogier fait ses propositions

p-frogier-fait-ses-propositions

Pierre Frogier propose une "différentiation provinciale" pour sortir de l'Accord de Nouméa. Le sénateur s'est exprimé cette nuit pour nous. Il est revenu sur sa déclaration qu'il a faite lors du 19ème du Comité des Signataires. (Photo : Archives)

Pierre Frogier ne s'était pas exprimé publiquement depuis longtemps, il l'a fait cette nuit pour nous face à la presse à Paris dont de larges extraits ont été diffusés dans le magazine Transparence ce vendrediIl le reconnait lui-même, au lendemain du 19ème comité des signataires,
il a pris du recul par rapport à la vie politique locale et aujourd'hui, il fait le constat que, pour l'Etat, la seule revendication légitime, c'est celle des indépendantistes.

Pierre Frogier commente d'abord le Comité des signataires et il estime qu'il n'a pas été à la hauteur des enjeux. Il relève ainsi qu'au terme de 15 heures de discussion, le Premier ministre n'a même pas été capable de prendre une décision sur la date du 2ème référendum. Il constate aussi que, sur les conditions d'inscriptions sur la liste électorale spéciale, il existe une vraie discrimination.

Mais sur le 19ème comité des signataires, Pierre Frogier regrette surtout que l'on n'ait pas du tout parlé de politique alors que l'on se trouve entre deux référendums. Et il livre son analyse du 1er référendum. Pour lui, on est revenu 30 ans en arrière et il y a désormais deux "Calédonie".

Le sénateur explique que lors du 2ème référendum, chacun va essayer de grappiller quelques voix et il trouve cela effrayant. D'autant plus que, quel que soit le résultat du référendum, personne ne se soumettra au résultat. On constate, dit-il, qu'il y a deux Calédonie et il faut donner les moyens à ces deux Calédonie de suivre leur propre chemin. C'est pourquoi il faut, selon lui, remettre les Provinces au centre du jeu.

Pierre Frogier révèle, aussi, qu'il ne croit plus à un nouvel accord ou à une solution globale. Mais il propose une différenciation provinciale à l'image de la différenciation territoriale dont on parle beaucoup en métropole aujourd'hui. Il va donc proposer que les Provinces reviennent au centre du jeu politique, même s'il faudra, pour cela, une réforme de la Constitution

Pierre Frogier estime donc qu'il faut redonner le pouvoir aux Provinces, mais il est formel, il ne s'agit pas d'une sorte de partition de la Nouvelle-Calédonie 

Des déclarations faites par Pierre Frogier, cette nuit pour nous à Paris. Il a déjà eu l'occasion d'en parler à plusieurs personnalités politiques nationales dont le président du Sénat Gérard Larcher, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy ou l'ancien Premier ministre Alain Juppé.