Lettre de l'UC. Les réactions

lettre-de-l-uc-les-reactions

La lettre ouverte de Daniel Goa aux citoyens calédoniens suscite de vives réactions chez les partisans du maintien dans la France. Dans le même, l'UC et le Palika demandent le report du référendum du 6 septembre.

Dans un long courrier de 5 pages, le président de l'UC multiplie les attaques et les outrances à l'encontre de l'Etat et de son représentant en Nouvelle-Calédonie.

Et, dans le même temps, les indépendantistes réclament le report du référendum à la fin octobre

Cette demande de report du 2ème référendum a été formulée par les indépendantistes, à l'occasion d'un entretien avec le Premier ministre Edouard Philippe qui a joint, hier soir pour nous, les différents responsables calédoniens.

Il aurait affirmé que l'Etat est prêt à organiser la deuxième consultation pour le 6 septembre mais ce sont les dirigeants de l'UC et du Palika qui auraient réclamé un report de cette échéance en invoquant notamment, le fait que la campagne référendaire serait trop courte dans la mesure où le second tour des municipales aurait lieu le 21 juin.

Ils estiment que cela ne leur permettra pas de préparer le referendum dans de bonnes conditions et souhaiterait que la consultation soit organisée à la fin du mois d'octobre, soit avec 6 ou 7 semaines de délai.

Un report auquel serait opposés les partisans du maintien dans la France qui l'ont dit, eux aussi, au Premier ministre.

Les partisans du maintien dans la France qui réagissent par ailleurs, à la lettre ouverte de Daniel Goa

Un courrier de 5 pages, au ton très violent, dans lequel Daniel Goa multiplie les attaques à l'encontre de l'Etat et réclame le renvoi du haut-commissaire.

A l'origine toujours, la loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire, même si le gouvernement a confirmé le maintien du dispositif de confinement prévu pour les personnes arrivant sur le territoire, sous le contrôle de l'autorité judiciaire.

Les réactions sont très nombreuses.

Le Rassemblement dénonce une pure manœuvre politicienne à 4 mois du référendum.

Telle une ritournelle, Daniel Goa demande pour la énième fois et de manière obsessionnelle le renvoi du Haut-commissaire sur le sujet de la crise sanitaire. Dans une lettre qui véhicule haines et peurs irrationnelles, il politise à outrance la crise sanitaire, qui a bon dos, et constitue le véhicule de sa provocation, écrit Virginie Ruffenach, le secrétaire générale du Rassemblement

Génération NC, de son côté, déclare que la psychose et la théorie du complot sont les deux alliées du combat indépendantiste.

Le mouvement de Nicolas Maetzdorf dénonce une stratégie politique préréférendaire parce que l'UC s'inquiète à l'idée que les Calédoniens aient compris que l'Etat a grandement contribué à la lutte sanitaire comme à la relance économique.

Sonia Backès enfin répond directement au président de l'UC. Dans un message qu'elle adresse à Daniel Goa, elle fustige ses coups de menton et l'accuse de se lancer dans une entreprise de déstabilisation de la Nouvelle-Calédonie à quelques semaines du référendum.