Le primaire bientôt réformé

le-primaire-bientot-reforme

L'enseignement primaire va être réformé en Nouvelle Calédonie. En séance hebdomadaire, hier, le gouvernement a en effet adopté trois projets de délibération en ce sens qui seront prochainement présentés au Congrès…

Concrètement, de nouveaux cycles de scolarité vont voir le jour pour mieux faire le lien avec le collège. Le cycle 1 ira de la petite enfance à la grande section de maternelle, le cycle 2 du CP au CE 2, et le cycle 3 du CM1 à la 6ème, le tout avec un livret scolaire unique. Et ces trois cycles de trois ans bénéficieront pour la première fois d'un socle commun de connaissances, de compétences et des valeurs adapté aux réalités historiques, sociales et culturelles de la Nouvelle Calédonie. Une réforme qui n'entrera en application qu'en 2020. 

Notez encore que le gouvernement a également adopté les grandes orientations du système éducatif calédonien en matière de santé scolaire, dont la compétence est dévolue à la Nouvelle Calédonie depuis 2012. Il s'agit de fixer des cadres afin d'offrir à chaque élève une éducation en matière de santé, et un suivi sanitaire pendant son parcours.

L'exécutif qui s'est également penché sur le cas de l'ASEE et de la FELP, deux établissements confessionnels privés qui sont aujourd'hui en grande difficulté…

A tel point que les deux structures ont été placées en redressement judiciaire par le tribunal de commerce. C'était le 27 novembre pour l'ASEE et le 4 décembre pour la FELP. Approuvé par le tribunal le 28 novembre, le plan de continuation prévoit l'épurement du passif financier et la restructuration des organisations, faute de quoi la liquidation serait prononcée. Le gouvernement a donc décidé d'accompagner l'ASEE et la FELP, qui sont financées directement par l'Etat, en intégrant les deux structures dirigeantes avec un droit de véto sur toutes les décisions. Une mesure nécessaire selon Hélène Iékawé qui estime par ailleurs qu'un plan social, voire la fermeture d'un ou plusieurs établissements sont inévitables, bien que les postes d'enseignants ne soient pas concernés par ces éventuelles mesures.