Le budget de Nouméa adopté

le-budget-de-noumea-adopte

"Battle" de chiffres hier soir au conseil municipal de Nouméa dont c'était la dernière séance de la mandature. Il a adopté le budget 2020 de la commune, sans les voix de l'opposition qui a fait le procès de l'actuel exécutif.

Une ambiance forcément un peu particulière pour ce dernier conseil de la mandature qui devait, en outre, adopter le budget 2020. Ce budget, qui s'élève à 27 milliards, a été adopté par la majorité qui a rappelé les contraintes financières qui pèsent sur la ville et a insisté sur la préservation des équilibres financiers de la collectivité. Les dépenses de fonctionnement ont baissé d'un milliard en six ans et la ville a consacré plus de 32 milliards à l'investissement. "C'est un budget raisonnable, mais il a sa part d'ambition parce qu'il faut continuer à faire avancer la ville se défend Sonia Lagarde. J'ai rappelé un certain nombre de choses pour dire qu'il fallait avancer parce qu'on me fait le reproche d'avoir mis les finances de la commune, à mal, ce qui est totalement faux, mais on est en période électorale et dans cette séquence un peu particulière on voit bien que la campagne est ouverte et quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu'il a la rage". Sonia Lagarde fait allusion aux critiques émanant de l'opposition. Il faut dire qu'à quinze jours des élections municipales, les déclarations ont parfois tourné au règlement de comptes ou aux propos de campagne. Face à ces attaques, le maire s'est défendu d'avoir plombé les finances de la ville et elle a défendu les investissements réalisés

Et ce dernier budget de la mandature fixe un certain nombre de priorités qui s'inscrivent dans la continuité des actions engagées "cela va de la voirie, ça passe par l'assainissement, les nettoyages des espaces verts... ce budget a été élaboré en fonction d'une situation extrêmement contrainte".

Les conseillers Calédonie ensemble ont voté contre ce budget en accusant le maire d'avoir trahi la confiance des Nouméens. "Beaucoup de promesses n'ont pas été atteintes" selon la chef de groupe Martine Lagneau.

Et cette dernière séance était d'autant plus particulière que la mandature a vu une recomposition des groupes politiques avec l'éclatement de la majorité et le repositionnement d'une partie de l'opposition. Plusieurs conseillers ont tenu à prendre la parole, pour dresser leur bilan de ces six ans écoulés, et de ces péripéties.