La mer au cœur des discussions

la-mer-au-coeur-des-discussions

La zone maritime de Nouvelle Calédonie doit impérativement répondre aux enjeux économiques et écologiques considérables de notre temps. C'est ce qui ressort de la conférence maritime régionale qui s'est réunie ce matin à Nouméa.

La zone maritime de Nouvelle Calédonie doit impérativement répondre aux enjeux économiques et écologiques considérables de notre temps. C'est ce qui ressort de la conférence maritime régionale qui s'est réunie ce matin à Nouméa pour la première fois depuis 2014. Co-présidée par le haut-commissaire, Laurent Prévost, et le président du gouvernement, Thierry Santa, elle avait pour objectif de présenter les nombreux défis auxquels le territoire doit faire face aujourd'hui en matière de gestion de cette immense zone maritime…

Cette conférence est un organe consultatif qui réunit tous les chefs des administrations de l'Etat et des collectivités territoriales qui ont des attributions maritimes. L'institution judiciaire est également représentée, tout comme les associations telles que le cluster maritime. Car les enjeux sont très nombreux, aussi bien en matière de souveraineté de la France, de surveillance de la zone, de protection de la ressource, de secours en mer ou encore de lutte contre tous les trafics. Mais à la base de tout cela il y a l'information, qui doit mieux circuler entre tous les services concernés. C'est pourquoi le Haut-Commissaire Laurent Prévost a annoncé ce matin la création d'un "centre de fusion de l'information maritime".

Autre difficulté pour les services de l'Etat et de la Nouvelle Calédonie : le manque de moyens en matière de surveillance et de ce point de vue, le président du gouvernement, Thierry Santa estime qu'il faut franchir un pas technologique.

Une conférence maritime régionale à laquelle a participé ce matin, le secrétaire-général de la mer, Denis Robin. Rattaché directement au premier Ministre, il est chargé de coordonner l'action de l'état en mer et son premier constat en Nouvelle Calédonie est que les calédoniens peuvent être fiers de leur zone maritime.

Denis Robin, le secrétaire général de la mer qui n'ignore pas le contexte particulier de la répartition des compétences entre l'Etat et la Nouvelle Calédonie. Mais en la matière, dit-il, il faut faire simple pour être efficace.

Et parmi les décisions prises ce matin, la conférence a acté le principe d'une réunion opérationnelle mensuelle entre tous les services qui ont des attributions à la mer, mais aussi d'une montée en compétence en matière d'intervention sur les navires. Enfin, une réécriture du dispositif ORSEC maritime est envisagée, justement pour préciser la répartition des rôles.