L'aérodrome de Lifou bloqué

l-aerodrome-de-lifou-bloque

Les vols Air Calédonie annulés vers Lifou. L'aérodrome est bloqué et les discussions se poursuivent après les déclarations du Grand Chef du Wetr. Photo : avion AirCal à Magenta.

Mercredi, il a fait savoir qu’il ne voulait pas entendre parler d’une augmentation du prix du billet, estimant que ce n’est pas à la population de payer une partie des coûts liés à la crise du covid-19. Une annonce qui ne semble pas faire l’unanimité sur l’Ile ou des discussions sont toujours en cours, alors que le PDG de la compagnie, Samuel Hnépéhun est sur place. Le sujet semble très sensible, alors qu’on parle d’une augmentation de 350 francs par billets.

Pour justifier cette augmentation, Aircal explique dans un communiqué que l’arrêt complet de ses vols pendant 6 semaines – imposé rappelons-le par les coutumiers -  a généré plus de 400 millions de pertes entre le 22 Avril et le 3 Mai. La compagnie a pu reprendre ses vols depuis, mais avec un trafic moitié moindre qu’avant la crise, et elle estime qu’il faudra 3 ans pour revenir au niveau de 2019. Les pertes prévues à la fin de l’année sont estimées à 1 milliard de francs.

La compagnie a mis tous les moyens en œuvre pour réduire ses coûts, et le chômage partiel devrait toucher, par exemple, 75% de l’effectif en fin d’année.

L’augmentation de 350 francs par billets a été mise en place pour aider à passer cette période de crise, et elle a vocation à être temporaire et sera supprimée dès l’approbation de la nouvelle grille tarifaire auprès du gouvernement.

Aircal rappelle également que sa politique tarifaire entamée il y a 4 ans a permis d’aboutir à une réduction de 800 francs par billets, baisse compensée en partie par une hausse des redevances et taxes à hauteur de 600 francs.

Quoiqu’il en soit, Aircal dans ce communiqué indique qu’elle déplore les messages erronés véhiculés autour de son action dont l’objectif est d’assurer la pérennité d’une activité vitale pour le territoire. Entraver l’exploitation ne pourra qu’aggraver la situation et conduire à des mesures plus conséquentes pour compenser les pertes supplémentaires.