Incendie à Koumac : Le drame !

incendie-a-koumac-le-drame

"C'est un drame qui endeuille une profession et tout un pays". C'est en ces termes que le président du gouvernement réagit ce matin à la mort de Bertrand PIME

Le garde-champêtre de Koumac, qui participait à la lutte contre le feu très important qui a ravagé 1000 hectares de brousse, a été piégé par les flammes, et il avait été hospitalisé dans un état critique au Médipôle de Koutio…

Hier matin déjà son état de santé s'était considérablement aggravé et il était jugé désespéré par les médecins. C'est aux alentours de 20h hier soir que Bertrand PIME a finalement succombé à ses blessures. Ancien militaire, sapeur-pompier volontaire et garde-champêtre de sa commune de Koumac, il est mort en luttant contre un feu qui est très probablement d'origine criminelle. Le procureur de la république Alexis Bouroz a d'ailleurs ouvert une enquête pour incendie volontaire ou involontaire ayant entraîné la mort. Dans un communiqué publié hier soir, le président du gouvernement Philippe Germain, qui s'était rendu à son chevet hier déclare que ce drame "rappelle à tous les risques encourus par ceux qui mènent sans relâche la lutte contre les feux de brousse." "En ces tristes heures, poursuit Philippe Germain, le gouvernement salue l'engagement de ces femmes et des ces hommes, et leur apporte son total soutien. Un drame qui choque évidemment la communauté des membres de la sécurité civile. Dans le journal de la mi-journée, vous entendrez le témoignage très choqué du directeur adjoint de la DSCGR Danilo Guépy .

Pour rendre hommage à Bertrand PIME, le gouvernement précise que les honneurs militaires et ceux des sapeurs-pompiers et des gardes-champêtres lui seront rendus, et qu'il sera décoré à titre posthume de la médaille du courage et du dévouement.

Quant au feu lui-même il a nécessité le déploiement de moyens importants…

Avec 10 véhicules, 36 personnels engagés sur le terrain dont 25 de la sécurité civile et 7 du RSMA de Koumac, ainsi que deux hélicoptères bombardier d'eau. Les pompiers qui ont lutté sans relâche pour éviter la propagation aux zones d'habitations qui étaient menacées, notamment dans le secteur de la route des grottes. Pendant les opérations 250 foyers ont été privés d'électricité. Un feu compliqué à maîtriser car les flammes étaient alimentées en permanence par des vents violents. Après deux jours d'effort l'avancée du sinistre a pu être stoppée à la tombée de la nuit, et les habitations, dont les occupants avaient été évacués préventivement, ont été préservées. Ce matin les équipes de la sécurité civile espèrent elles sont restées sur place Et espèrent une évolution favorable qui leur permettrait de maîtriser totalement le sinistre.