Hommage à Bertrand Pimé

hommage-a-bertrand-pime

Parti de Nouméa à la mi-journée, le convoi qui accompagne la dépouille de Bertrand Pimé a traversé toute la Calédonie pour rallier Koumac où auront lieu ses obsèques demain.

La colère des pompiers
Parti de Nouméa à la mi-journée, le convoi qui accompagne la dépouille de Bertrand Pimé a traversé toute la Calédonie pour rallier Koumac où auront lieu ses obsèques demain. Le sapeur-pompier décédé mercredi après avoir été très grièvement brulé sera ensuite incinéré, selon ses propres volonté. La douleur est très vive parmi les pompiers, qui savent leur métier dangereux, mais ont du mal à accepter la mort de l’un des leurs dans ces circonstances, alors que l’incendie contre lequel luttait Bertrand Pimé et ses collègues est très probablement d’origine volontaire
La famille des pompiers s’est donc relayée, de Nouméa à Koumac, pour accompagner l’un des siens. 



Ce matin, avant le départ du convoi, plusieurs hommages ont été rendus à Bertrand Pimé à la morgue municipale de Nouméa. Ce sont d’abord les honneurs militaires qui lui ont été rendus. Bertrand Pimé a servi sous le drapeau français pendant 22 ans. Et il a été amené à intervenir sur de nombreuses zones de conflit. Il était d’ailleurs le porte-drapeau de la section Nord de l’amicale des combattants et ancien des opérations extérieures de Nouvelle-Calédonie.  
Au terme de cette carrière de militaire, il était revenu sur le territoire en 2014, pour devenir garde-champêtre à Koumac, et pomier volontaire. 
Après les honneurs militaires, ce sont se camarades pompiers qui lui ont rendu hommage : une centaine de soldats du feu, en grand uniforme, était présent. 
Dans leur regard et leurs paroles, beaucoup de tristesse, de compassion, de la solidarité, et aussi une pointe de colère en raison des circonstances de la mort de leur collègue. Mais ils voulaient avant tout saluer l’homme. Tout le monde souhaite que les appels à la vigilance, au respect, à la prudence soient enfin entendus par ceux qui mettent le feu, de manière volontaire ou non. Derrière, des vies humaines sont en jeu. 



Notez que l’enquête sur les causes de cet incendie mortel se déroule désormais dans le cadre d’une commission rogatoire, et elle a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie. Les auteurs de cet incendie risquent la réclusion criminelle à perpétuité.