Fin du procès Deteix en appel

fin-du-proces-deteix-en-appel

Aymerick Vakié, 23 ans a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de l’ancien militant indépendantiste intervenu en juin 2016. La Cour d’Assises de Nouvelle Calédonie a confirmé la peine prononcée en première instance.

Fin du procès Deteix aux assises de Nouvelle Calédonie. Le verdict est tombé cet après-midi après plus de 2h30 de délibération. Aymerick Vakié a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Jean Pierre Deteix intervenu en juin 2016. La Cour d’Assises de Nouvelle Calédonie a confirmé la peine prononcée en première instance. 

Ce matin il y avait eu les plaidoiries. Les bâtonniers Denis Milliard et Hubert Delarue ont tenté de démontrer qu’il y avait eu une volonté d’agression sexuelle de la part de la victime, que Jean-Pierre Deteix était "en maraude, à la chasse, à chercher une bonne fortune sexuelle". Et que le septuagénaire a trompé la confiance du "petit kanak aux pieds nus", pas méfiant face à un ainé à la chevelure blanche. Un ainé qui a refusé de s’arrêter alors que le jeune le lui a demandé à deux reprises. Ce dernier voulait fuir cet homme qui venait de lui caresser la cuisse. Pour les deux avocats, il y a eu une séquestration même courte et à aucun moment une volonté de tuer du côté de leur client. Dernier mot de l’accusé : "Je regrette. Pardon à la famille de monsieur Deteix. J’ai jamais rien demandé pour aller à Nouville".

Pour Helder, le fils aîné de Jean Pierre Deteix c’est un sentiment de "gâchis" qui domine car le procès a ressacé le passé. Du côté de la défense, le bâtonnier Hubert Delarue du barreau d’Amiens avait demandé le renvoi du procès en Métropole. Il regrette qu’il n’ait pas été entendu. Le bâtonnier Denis Millard le verdict est disproportionné pour lui c’est "du jamais vu".

Pour la défense "le combat continue". Elle devrait donc se pourvoir en cassation.