Economie et référendum à Matignon

economie-et-referendum-a-matignon

Le 19ème comité des signataires joue les prolongations. Les discussions se poursuivent toujours à l'heure actuelle.

Thierry Santa a exprimé sa satisfaction à l'issue de cette matinée consacrée aux questions économiques et sociales.
Thierry Santa annonce des mesures économiques mais aussi des réponses dans le domaine social
Thierry Santa a aussi commenté l'absence de l'UC qui avait invoqué son refus de parler, à Paris, des questions économiques et sociales
Philippe Michel a tenu à minimiser les décisions prises dans le domaine économique et social

La matinée, a été consacrée aux dossiers économiques et sociaux avec l'annonce notamment d'un avenant de 9 milliards aux contrats de développement. C'était la suite de la séquence qui s'était déroulée la veille, à la Maison de la Calédonie.

Comme la veille, l'Union calédonienne a décidé de boycotter cette séance et ceux des élus, qui étaient présents lors de l'ouverture par le Premier ministre, ont quitté l'hôtel de Cassiny dès le départ d'Edouard Philippe.

Les travaux se sont déroulés sans l'UC mais avec la présence de l'UNI, comme quoi la délégation FLNKS n'était pas si unitaire que cela.

L'Etat, de son côté a apporté un certain de réponses aux demandes formulées la veille et Thierry Santa, le président du gouvernement a exprimé sa satisfaction à l'issue de cette matinée consacrée aux questions économiques et sociales.

Les 9 milliards supplémentaires dans les contrats de développement vont permettre de financer des mesures nouvelles et quelques grands chantiers. La signature devrait intervenir avant la fin de l'année et, pour Thierry Santa, c'est un élément fort du plan de relance de l'économie.

Des mesures économiques donc mais aussi des réponses dans le domaine social annonce le président du gouvernement.

Et Thierry Santa a aussi commenté l'absence de l'UC qui avait invoqué son refus de parler, à Paris, des questions économiques et sociales.

Satisfaction donc, du président du gouvernement. Calédonie ensemble, en revanche, joue l'opposition et Philippe Michel a tenu à minimiser les décisions prises dans le domaine économique et social en affirmant que les problématiques n'avaient été que survolées et que les annonces n'étaient pas à la hauteur des enjeux.

Malaise selon Calédonie ensemble mais l'avenant au contrat de développement devrait donc être signé avant la fin 2019, apportant 9 milliards à l'économie calédonienne.