Doctoriales 2020 : Un excellent cru

doctoriales-2020-un-excellent-cru

La recherche est un secteur très dynamique en Nouvelle Calédonie. Confirmation, hier mat à l'UNC avec la 13ème édition des "doctoriales", une manifestation qui permet aux étudiants en thèse de présenter au public leurs travaux dans tous les domaines…

Quel est le rôle des plantes halophytes de bord de mer dans la fixation des métaux ? Quels sont les effets du changement climatique sur l'interaction trophique des éponges dans les récifs coralliens ? Quelles sont les caractéristiques et l'écologie spatiale de la population de raies Manta en Nouvelle Calédonie ?  

Autant de sujets abordés tout au long de la journée devant le public et le jury de l'amphi 400 de l'UNC par une quinzaine de doctorantes et de doctorants. Quel que soit le degré d'avancement de leur thèse, l'objectif est de présenter leur travail en le résumant…en dix minutes. Une 13ème édition des doctoriales très riche selon Le professeur Yves Letourneur, codirecteur de l’école doctorale du Pacifique.

Et c’est Hugo LASSAUCE (au centre de la photo), en troisième année de thèse, qui remporte le prix de la meilleure présentation pour son étude consacrée à la population des raies Manta, une première scientifique sur le Territoire. Le prix de la valorisation a été attribué à Ruben DIANON (à droite) et celui du Poster, décerné tous les ans aux première année, à Romane SHERRER (à gauche). Leur récompense aurait dû être un voyage pour participer à un congrès international, mais les conditions sanitaires ne le permettant pas, pour le moment, ces travaux pourraient faire l’objet d’une parution dans une revue.