Des jeunes drogués aux médicaments

des-jeunes-drogues-aux-medicaments

La DASS alerte les professionnels de santé face à ce trafic de médicaments… Elle leur a adressé un courrier concernant des détournements de médicaments par des mineurs à des fins illicites. Crédit photo : The Sun.

Des médicaments sont détournés de leur utilisation première par des jeunes en quête de "défonce" ou d’argent. Les professionnels de santé parlent de « mésusage »… Un phénomène qui sévit aussi bien dans les collèges et les lycées du Grand Nouméa qu’en brousse et en évidemment dehors des établissements scolaires. On y rapporte l’utilisation de morphine, de codéine ou encore d’Opiacé à des fins récréatives et festives…  

La DASS décrit, dans son courrier, plusieurs filières d’approvisionnement.  

Certains jeunes se servent tout simplement dans les armoires à pharmacie de la famille où des médicaments peuvent être sur-stockés. 

Des enfants de médecins n’hésiteraient pas également à voler des ordonnances à leur parents pour se faire délivrer des psychotropes ou de la codéine. C’est ce que rapporte des intervenants en addictologie dans les lycées Calédoniens. La codéine, par exemple, est souvent consommée sous forme de sirop pour la toux dilué dans du SODA. Une boisson qui fait des ravages dans le monde entier depuis plusieurs années. On l’appelle la purple drank, la lean ou encore l’héroïne liquide. Parfois, les jeunes y rajoutent même de l’alcool et des produits psychotropes pour augmenter les effets hallucinogènes.

Et enfin, certains détenus du Camp Est ne consommeraient pas les médicaments qui leur sont prescrits… et lors d’autorisation de sortie, ils écouleraient les cachetons à l’extérieur. Il s’agit bien souvent de neuroleptique ou d’anxiolytiques.

Ce phénomène inquiète particulièrement les autorités sanitaires car le risque de surdosage est bien réel. La boisson violette à base de sirop codéïné ferait des centaines de morts en France chaque année… Dans le monde, selon l'OMS, "les opioïdes sont responsables d’environ 70 000 décès par overdose tous les ans." Sans oublier la dépendance qui peut survenir très tôt et qui est similaire à la drogue dure.