Comment va se passer l'élection ?

comment-va-se-passer-l-election

Qui va ssucéder à Thierry Santa en tant que président du Gouvernement de Nouvelle Calédonie ? Sauf surprise, c'est un indépendantiste qui sera élu. Une première depuis 1999. Mais, on n'est jamais à l'abri d'une surprise !

C'est cet après-midi, à 15h, l'élection des 11 membres du 17ème gouvernement. Les 54 élus du Congrès sont convoqués dans l'hémicycle de la Province Sud en raison des travaux en cours dans les locaux du boulevard Vauban.

Ils devront voter pour l'une des 4 listes de candidats qui ont été déposées par les 4 groupes politiques du Congrès. C'est un scrutin de liste, à la proportionnelle, avec passage dans l'isoloir et le suspense est limité. 

C'est un scrutin de liste à la proportionnelle et le résultat du scrutin est donc largement prévisible. La liste Avenir en Confiance, devrait obtenir les 18 voix de son groupe plus celle de Nicolas Metzdorf. Avec 19 voix, elle peut prétendre à 4 sièges qui seraient occupés par Thierry Santa, Christopher Gyges, Yoann Lecourieux et Isabelle Champmoreau.

La liste UC FLNKS et Nationalistes et Eveil Océanien devrait obtenir les 16 voix de son groupe, ce qui lui donne 4 sièges. Ce sont Samuel Hnépéune, Gilbert Tyuienon, Mickaël Forest et Vaima Muliava qui devraient être élus.

La liste de l'UNI doit recueillir ses 12 voix et elle aurait deux sièges qui seraient occupés par Louis Mapou et Yannick Slamet.

Et enfin, la liste Calédonie ensemble doit totaliser 6 voix ce qui lui donne un siège et il reviendrait à Joseph Manauté.

Mais si vous avez été attentif, vous aurez relevé que 19 + 16 + 12 + 6, ça fait 53 voix et il y a 54 élus au Congrès. Reste en effet l'élue du Parti travailliste, Kadrilé Wright qui siège en non inscrit et dont on ne sait pas pour qui elle votera. Si elle vote pour la liste UC FLNKS et Nationalistes et Eveil Océanien, celle-ci obtiendra 17 voix et elle aura ses 4 sièges.
En revanche, si Kadrilé Wright apportait son suffrage à la liste UNI, celle-ci aurait 13 voix et cela lui donnerait 3 sièges au lieu de deux. Un siège de plus au détriment de la liste UC.
Un cas de figure peu probable mais qui donnerait 3 sièges à l'UC et 3 sièges à l'UNI au sein du gouvernement et qui rendrait d'autant plus problématique l'élection du président du gouvernement. 

Election du président dans la foulée

Après l'élection des 11 membres du gouvernement, le haut-commissaire les convoque pour qu'ils élisent leur président.
Il devrait y avoir 3 candidats :
Samuel Hnepeune, la tête de liste UC FLNKS qui fait figure de favori.
Louis Mapou, la tête de liste UNI, parce que chez les indépendantistes, la candidature de l'ancien président du MEDEF ne fait pas forcément l'unanimité et qui suscite un certain nombre de discussions depuis quelques jours. 
Et Thierry Santa qui devrait faire acte de candidature sur le principe, pour que les partisans du maintien dans la France soient présents dans cette élection.

Pour élire le président, il faut six voix et elles ont parfois été difficiles à obtenir mais les indépendantistes ont 6 voix à eux seuls et selon toute logique, le président du gouvernement sera indépendantiste pour la première fois depuis 1999. Reste à savoir combien de temps, il faudra pour le désigner.