Carsud. Renvoi du procès

carsud-renvoi-du-proces

Renvoi du procès de l’agresseur d’un chauffeur CARSUD à l’arrêt de bus Kenu In le 8 août dernier. Le jeune homme, qui aura 19 ans dans une semaine, était présenté ce matin en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Nouméa.

Le procès de l'agresseur d'un chauffeur Carsud la semaine dernière. Le jeune homme, qui aura 19 ans dans une semaine, était présenté ce matin en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Nouméa pour des faits de violence aggravée par deux circonstances suivie d’une incapacité n’excédant pas 8 jours. 
Mais en raison d’un problème informatique, la présidente Evelyne Clamerlynck a reporté le procès au mardi 10 septembre. Malgré l’intervention du service informatique, le tribunal n’a pu visionner la vidéo gravée sur un CD Rom de l’altercation à l’intérieur du bus.
Une vidéo qui avait permis d’extraire une photo de l’agresseur et de la diffuser dans le cadre d’un avis de recherche.

Même si le tribunal n’a pu aller au cœur des débats. Les faits ont été rapidement résumés ce matin. Ce jour-là, le prévenu n’obtempère pas lorsque le chauffeur lui demande de baisser le volume de son enceinte portable. Il insulte l’employé et quitte le car. Mais en descendant il croit entendre le chauffeur l’insulter à son tour. Son sang ne fait qu’un tour, il remonte à bord. Le conducteur le voyant faire, sort de sa cabine, empoigne le jeune et le repousse. Ce dernier, énervé, va alors asséner plusieurs coups de poings à la tête de l’employé Carsud avant de prendre la fuite. 

Comprenant quelques heures plus tard, qu’il est recherché, que sa photo a été diffusée, il va se présenter spontanément aux gendarmes après avoir demandé à ses parents de les appeler. Face à eux, il éprouvera des remords. 
Et pour cause, il est défavorablement connu des forces de l’ordre et sous la menace de deux condamnations de 4 et 6 mois ferme. 

Des peines, datant du 22 mars et du 7 mai, dont le parquet a demandé l’exécution ce matin par la voix du substitut du procureur Richard Dutot. 
Une demande reçue qui a donc conduit le jeune homme tout droit au Camp Est. 
Quant à son procès, il a donc été renvoyé au mardi 10 septembre 08h.