Câble. Feu vert pour la SCCI

cable-feu-vert-pour-la-scci

L’autorité de la concurrence donne raison à la SCCI dans le dossier de la connectivité internationale.

Dans l’affaire du câble sous-marin, Jean François Bodin nous en dit plus

L’autorité de la concurrence donne raison à la SCCI dans le dossier de la connectivité internationale.

Cette société privée demandait à pouvoir raccorder la Calédonie aux Etats-Unis via un câble sous-marin privé, ce que l’OPT refusait jusqu’à présent. Dans l’avis qu’elle a rendu hier, l’autorité de la concurrence estime que le refus de l’OPT de répondre cette demande d’interconnexion est susceptible de constituer une pratique d’abus de position dominante et elle a prononcé une injonction vis-à-vis de l’OPT, lui demandant de proposer à la société SCCI, dans un délai maximum de huit semaines, une offre technique et commerciale d’accès au réseau local. C’est une décision qui va sans doute beaucoup faire parler d’elle dans les jours et les semaines qui viennent. Dans l’affaire du câble sous-marin, l’autorité de la concurrence vient de prononcer en urgence une injonction à l’encontre de l’OPT : elle lui demande de permettre au projet privé de câble sous- marin porté par la société SCCI de se raccorder au réseau local des télécommunications. On retiendra encore que pour motiver son avis, l’autorité de la concurrence souligne qu’il n’est pas démontré que l’arrivée d’un opérateur privé concurrent sur ce marché, comme la SCCI, soit de nature à remettre en cause l’équilibre financier de l’OPT ni sa capacité à assumer ses différentes missions de service public. Sachant que les recettes issues de l’utilisation du câble sous-marin de l’OPT représentent moins de 4 % de son chiffre d’affaires total.