3ème référendum et préalable minier

3eme-referendum-et-prealable-minier

Le nouveau bureau de l'Union calédonienne dressait ce matin le bilan de son 51ème Congrès, qui s’est tenu, le week-end dernier, à la tribu de Touho-Mission.

Troisième référendum, préalable minier, situation à Maré… 
Le bureau de l'Union calédonienne a balayé les différents sujets, ce matin, en revenant sur les 4 ateliers qui se sont réunis lors de ce 51ème congrès, qui se tenait à Touho. Comme le congrès de 1984, insiste-t-il pour souligner le caractère historique de l'événement.
Un atelier politique qui prône la cohésion et l'efficacité de la mouvance indépendantiste
Un atelier technique qui a travaillé sur la souveraineté économique et financière
Un atelier projet de société et un atelier stratégie chargés de plancher sur la campagne et la stratégie pour le 3ème référendum.

L'Union calédonienne affirme que la souveraineté ne peut faire l'objet de compromis et qu'elle n'est pas négociable. Et elle confirme sa volonté d'un 3ème référendum.
Dans la perspective de cette troisième consultation, l'UC veut travailler à la mise en place d’une assemblée constituante et elle veut préparer les interdépendances, notamment avec les Etats de la région.

Mais en attendant, les discussions sur l'avenir sont suspendues au préalable minier. L'UC soutient l'ICAN dans sa mobilisation pour que l'usine du Sud soit détenue en majorité par une entité pays et elle se montre très critique envers le projet de reprise présenté par Antonin Beurrier qui est qualifié "d'enfumage".

Dans un autre domaine, l'UC a une position particulière sur les expulsions de Maré. Elle dit s'associer à la douleur des familles expulsées de Roh, mais elle ne condamne pas. Elle interpelle les autorités coutumières en déclarant que "le grand chef ne doit pas se prendre pour un roi"