3 repreneurs en course pour Vale NC

3-repreneurs-en-course-pour-vale-nc

Vale NC en quête d'un repreneur alors qu'elle change de fondamentalement de stratégie pour se positionner sur le marché des batteries pour véhicules électriques. Hier, l'équipe dirigeante présentait cette stratégie aux élus de la province Sud.

L'opérateur a expliqué qu'il ferme sa raffinerie pour se concentrer sur le NHC. Il veut augmenter sa production de 40% et réduire ses coûts de 20% pour tenter de retrouver un équilibre après les lourdes pertes des dernières années. 
C'est, aussi, une nécessité pour être attractif alors que le groupe Vale a décidé de passer le relais.
Et trois repreneurs se sont déjà fait connaitre, "jusqu’à présent les modèles métallurgiques en Nouvelle Calédonie n’ont pas encore montré une attractivité, mais je crois que c’est possible a indiqué Antonin Beurrier, le président de Vale NC. D’ailleurs la preuve en est qu’on a au moins 3 offres qui sont en train de se dessiner, qui vont être confirmées dans les prochaines semaines et chacun à sa motivation, Financières, industrielles ou stratégiques. Ils ont été convaincus les uns et les autres par notre détermination et puis par le fait qu’il y a une révolution industrielle qui se passe dans le monde avec les véhicules électriques".

Les batteries pour véhicules électriques représentent, aujourd'hui, 3 à 4% du marché des produits du nickel mais elles devraient passer à 25% d'ici 2025. Pour Antonin Beurrier, ce changement stratégique représente une vraie carte à jouer, avec – dit-il – un gisement magnifique, un procédé maitrisé et une réduction des coûts significative.
Il reconnait toutefois que c'est un challenge extraordinairement difficile et que l'heure est relativement grave.
Cette transformation s'accompagne – on le sait – d'un plan social qui sera présenté lors du comité d'entreprise qui se réunit aujourd'hui.

C'est ce nouveau projet et ses conséquences que les dirigeants de Vale ont présenté aux élus de la province Sud alors que la collectivité est actionnaire de l'entreprise, à hauteur de 5%. La province va accompagner cette transformation tout en étant vigilante sur les aspects sociaux, environnementaux et de sécurité.  Les collectivités auront aussi un rôle à jouer dans la demande d'autorisation d'exportation de saprolites. "Nous avons indiqué que cette demande d’exportation soit accompagnée d’une redevance indique Sonia Backès, la présidente de la Province Sud. Pour l’instant Vale NC est touché par un pacte fiscal, on ne peut pas leur rajouter d’impôt. L’accord qui pourrait être passé, si une majorité du Congrès se dégage dans ce sens, c’est de dire « ok pour les exportations, qui elles non plus ne sont pas prévues dans le code minier, mais en échange d’une redevance pour que les Calédoniens s’y retrouvent ». L’idée c’est que la reprise de Vale NC ne pourra se faire que dans des conditions favorables. Je crois que l’entreprise à perdu de l’ordre de 20 milliards l’année dernière, aucun repreneur ne reprendra cette entreprise dans ces conditions-là. Donc le rôle de la province Sud et des Institutions en général, c’est d’accompagner sans réduire nos exigences en matière d’environnement et de sécurité".